Quelques notions de Judo

Pour  tout comprendre ( ou presque … )

Dès l’origine, le fondateur du judo et pionnier du système éducatif japonais, Jigoro KANO (1860- 1938), a développé le concept d’un effort minimal pour une efficacité maximale, principe qui repose sur une utilisation rationnelle des mécanismes du corps humain et des déplacements. L’idée maîtresse : jouer sur les déséquilibres via les notions de levier et de transfert de masse. Bref, en simplifiant, le judo peut être considéré comme étant la science des projections et des chutes.
Le judo s’apparente à une forme de lutte qui consiste à saisir, tirer, pousser, tourner… afin de placer de manière adéquate une technique de balayage ou de projection pour mettre son adversaire à terre. Le combat peut ensuite se poursuivre au sol avec l’utilisation de techniques de soumission : clés articulaires ou étranglements (mais seules quelques-unes d’entre elles sont autorisées en compétition).
Le judo sportif, comme toute activité compétitive, est régi par des règles qui autorisent ou au contraire qui proscrivent l’utilisation de certaines techniques. Les plus dangereuses d’entre elles ont été écartées dès le départ par Jigoro KANO qui a souhaité que les tournois se passent de la manière la plus sécurisée possible pour les combattants. De fait, en compétition, les judokas ne recherchent pas à mettre leur adversaire hors combat, mais simplement à marquer le plus grand nombre de points pour remporter la victoire. Le KO symbolique est matérialisé par le fameux ippon, à savoir une action par laquelle l’adversaire est projeté et dont les deux épaules entrent en contact avec le sol. Le ippon entraîne une victoire immédiate.

vu sur http://www.bougetonq.com